Nos Lits Sont Destinés Aux 'Fanes Et Racines', Aux Fraises, Aux Melons Et Aux Citrouilles.

Les horticulteurs et les jardiniers ont la période la plus chaude : la préparation de la parcelle pour les semis et la plantation des principales cultures potagères. Pas partout, bien sûr, le pays est grand, et dans le sud, cette étape a déjà été franchie. Les autres ont encore du travail à faire. Et j'aimerais m'allonger dans un hamac, en admirant le jardin en fleurs, et le fait qu'il ait en quelque sorte fonctionné tout seul. Les moyens de faciliter l'entretien du jardin et du potager sans perte d'efficacité sont nombreux, chacun les reprend selon son attitude, les caractéristiques du site, ses capacités financières et physiques. Dans cet article, je vais vous dire la façon dont nous pouvons faciliter les travaux de légumes et la chose principale - pourquoi.

Nos lits sont destinés aux 'fanes et racines', aux fraises, aux melons et aux citrouilles.
Nos lits - pour le "haut et les racines", les fraises, les melons et les citrouilles. © Tatyana Nikolina

Lits pour "racines"

Vivant 4 ans à Kuban, nous commençons à refaire les lits. Pour de nombreuses raisons : nous avons choisi le mauvais endroit à la fois, les arbres ont poussé, quelque part nous devons simplement changer la clôture. Cela signifie que les lits sont créés à la fois dans des endroits complètement nouveaux et anciens.

Pour ceux qui croient que le Kouban est entouré de sols noirs et mous, où "bâton ou pas bâton, ça va pousser", je m'empresse de dire que ce n'est pas notre cas. Nous vivons dans les piémonts et notre sol est à base d'argile rouge. Nous rencontrons également du bleu par endroits. C'est magnifique, mais creuser est un travail difficile. Quand il est sec, c'est de la pierre, quand il est humide, c'est insupportable. Nous essayons de ne pas trop creuser. Cependant, il y a aussi une couche d'humus, dont environ 5-10 centimètres sont des sols forestiers légèrement acides. Les bâtons collés poussent, ainsi que dans tout le pays - le saule et le peuplier.

Lorsqu'on crée un nouveau lit, il est nécessaire de creuser, mais pas toujours. Uniquement si le lit est destiné à des cultures de racines, qui n'acceptent catégoriquement pas le sol dense : carottes, panais ; ou qui nécessitent un creusement précis - les ignames, par exemple.

Donc, le lit pour les racines capricieuses dans notre cas se fait comme suit :

  • Premièrement, nous fabriquons un cadre du lit ; généralement à partir de planches recouvertes de toutes sortes de matériaux imputrescibles;
  • à la taille du cadre assemblé, nous mesurons la surface au sol et excavons la terre à une profondeur de 15 cm ;
  • Draguer la terre du gazon, le gazon est envoyé au champ de citrouilles et la terre est mise dans une brouette ;
  • poser le cadre sur la surface du sol, ne pas l'enterrer, le niveler ;
  • Tous les côtés du trou creusé avec du carton tout autour, afin qu'aucune mauvaise herbe ne puisse pénétrer dans le lit ; généralement, le carton atteint le bord des planches et est fixé aux planches avec une agrafeuse pour meubles, car les mauvaises herbes sont insidieuses et ont l'habitude de s'introduire entre les planches et le carton ;
  • remplir l'espace intérieur selon les besoins, mais toujours par couches : feuilles sèches + terre + sciure de bois + terre ; herbe fraîchement coupée + terre + sciure de bois + herbe + terre avec sciure de bois ; saupoudrer de cendres au fur et à mesure ; les couches seront ensuite mélangées par les bestioles du sol.

Ajoutons de la terre à celle, qui gisait dans la brouette, nous prenons dans les tas de taupes : le terrain est grand, et la taupe est industrieuse. Les tas de taupinières sont exempts de mauvaises herbes et contiennent plus de nutriments, car toutes les racines ne peuvent pas les atteindre. Si la taupe ne fait pas face à nos demandes, on utilise la terre provenant du nettoyage du fossé de drainage.

Nous avons notre propre sciure et nos cendres, la maison est chauffée par une chaudière à bois, et cette ressource est inépuisable. Si la sciure est relativement fraîche, on remplit tout le lit avec une solution d'urée.

Nous mettons aussi du carton au fond du lit d'ignames - sinon les campagnols y entreraient, ils aiment tellement ce légume.

Nos lits sont destinés aux 'fanes et racines', aux fraises, aux melons et aux citrouilles.
Notre lit - le carton est bien visible, le lit est recouvert de brindilles d'un chat.

Les lits pour les "fanes"

Avec les plantes dont les "fanes" ont le plus de valeur, c'est-à-dire tous les types de choux, de poivrons, de tomates d'extérieur, d'aubergines et autres, ainsi que les oignons, c'est beaucoup plus facile. Ici, toutes les opérations précédentes sont répétées, à l'exception du creusement du trou. Et le carton est posé non seulement sur les côtés, mais aussi sur le fond. C'est-à-dire :

  • cadre installé sur le sol, aligné ;
  • le fond et les côtés posent du carton avec fixation aux planches ;
  • le tout recouvert d'herbe, de feuilles, de terre, de sciure, de cendres.

À la fin de la saison, le carton va pourrir (sauf sur les planches, il y dure plus longtemps), les mauvaises herbes vivaces vont mourir, les vers et autres créatures du sol vont remuer les couches du sol.

Bien tremper les lits nouvellement construits et les laisser reposer pendant une semaine, afin que les couches soient légèrement mélangées et que le sol se tasse.

Pendant la saison de croissance, toutes les plantes sont généreusement paillées avec des tontes de gazon. Encore une fois, l'intrigue est vaste. S'il n'y a pas assez d'herbe (cela arrive aussi en cas de sécheresse), nous fauchons la parcelle voisine abandonnée.

Nous ne mettons pas de carton dans les lits qui sont faits à la place de ceux existants, nous remplissons juste l'herbe, les cendres et la terre.

Lisez aussi notre article Pourquoi je ne creuse pas mon jardin, ou comment j'ai réussi à abandonner la pelle.

Les lits pour les pommes de terre, le melon et les citrouilles

Les pommes de terre, on en cultive déjà un peu, alors le carré de pommes de terre est comparé au melon et à la citrouille (ça existe aussi). Ici, on ne creuse plus rien du tout. Au début, (il y a 4 ans) par amour pour le processus de creusement, mon mari a déterré le carré de pommes de terre et le melon, et nous n'avons pas dérangé d'autres habitants du sol.

Au printemps, nous coupons l'engrais vert d'hiver sur le carré de pommes de terre par l'épi et couvrons toute la parcelle de feuilles sèches récoltées dans le jardin. Sous les feuilles et la verdure taillée, enfoncez des tubercules de pommes de terre, et recouvrez le tout de cendres par-dessus. Au fur et à mesure que les tiges de pommes de terre poussent, toute la parcelle est recouverte d'herbe (fraîche) fauchée plusieurs fois au cours de l'été, au lieu de désherber et de sarcler. Cela signifie que les mauvaises herbes doivent être arrachées, mais pas beaucoup - seules les plus tenaces percent le paillis.

Le paillage de tous les lits peut considérablement économiser sur l'arrosage, ce qui est important pour nous, car nous avons très peu d'eau ici pendant la saison sèche. De plus, grâce au paillage, il n'est pas nécessaire d'ameublir le sol, car la couche arable n'est pas compactée. Le paillis lui-même est en grande partie recompacté au cours de la saison ; les habitants du sol vont et viennent en le mélangeant aux couches plus profondes, construisant ainsi la couche supérieure de sol fertile. En automne, les pommes de terre sont récoltées en ratissant simplement le paillis. C'est propre et plat.

La gourde est l'endroit où vont les déchets de cuisine tout au long de l'année. La gourde seulement en hiver. Les déchets de bois autres que la sciure (écorces, petits copeaux, débris ligneux de toutes sortes) sont également acheminés vers les deux sites. En début de saison, toujours avec un couperet, coupez les mauvaises herbes qui ont émergé et laissez-les dépérir. Saupoudrer de cendres. Les deux zones sont ensuite généreusement recouvertes d'herbe coupée. Dans l'herbe, nous faisons de petits trous, les remplissons d'un demi-seau de terre (grâce à une taupe !) et semons quelques graines chacun. Les citrouilles, les courgettes et les fruits de la passion sont dans le carré des citrouilles ; les pastèques et les melons sont dans le carré des melons. Au début, il faut les arroser régulièrement, contrairement aux pommes de terre. Protégez même des escargots, au stade des feuilles de semis, en saupoudrant de marc de café.

Du côté nord du melon, à nouveau, dans l'herbe empilée, faites un sillon, remplissez-le de terre et semez du maïs et du vigna. Ou de l'amarante. Ou des haricots grimpants - cela dépend de l'humeur et de l'inspiration.

L'herbe fraîchement coupée sur ces parcelles va également en énorme quantité.

Nos lits sont destinés aux 'fanes et racines', aux fraises, aux melons et aux citrouilles.
Pommes de terre dans l'herbe. © Tatiana Nikolina

Les fraisiers et les massifs de roses

La création d'un nouveau massif de fraises commence au milieu de l'été :

  • marquer la zone et la recouvrir de carton;
  • déposer sur le carton les débris ligneux laissés lors de la coupe du bois de chauffage;
  • déposer par-dessus les tontes de gazon;
  • déposer les pierres sur tout le carton;
  • remplir de sciure de bois, saupoudrer d'urée ;
  • le remplir de terre provenant de tas de taupes (en été, la taupe creuse une parcelle adjacente abandonnée, car nous tondons constamment la nôtre, et elle n'aime pas ça);
  • en automne, nous avons planté ici des fraises de jardin;
  • le broyage des fraises (herbe, encore) commence après la nouaison des baies, à ce moment-là, le sol après l'hiver a le temps de bien se réchauffer.

Avec les boutons de rose, c'est un peu différent : creuser des trous et planter des rosiers, couvrir tout l'espace autour avec du papier en plusieurs couches, ou du carton, et remplir d'herbe. Une fois que l'herbe a séché, placez sur le dessus des pommes de pin provenant du pin mature qui pousse sur la parcelle. Pendant la saison, cela reste ainsi.

En automne, les cônes sont enlevés, et la zone autour des roses est couverte d'herbe de la dernière coupe, de débris de bois et de cendres. Pendant l'hiver, les restes de papier et de carton vont pourrir. Au printemps, nous répétons la procédure de couverture avec du carton, de couverture avec de l'herbe et des cônes. Un an ou deux suffisent pour désherber les mauvaises herbes vivaces, puis une rénovation du cone-grass peut être effectuée tous les deux ans.

Alors que la couche fertile se construit par le haut, les roses sont heureuses de la maîtriser, se déplaçant au fil du temps vers leurs propres racines (plutôt que celles du porte-greffe).

Nos lits sont destinés aux 'fanes et racines', aux fraises, aux melons et aux citrouilles.
Lit de terre - le début. © Tatiana Nikolina
Nos lits sont destinés aux 'fanes et racines', aux fraises, aux melons et aux citrouilles.
Le lit rose terminé. © Tatiana Nikolina

Les avantages de nos parterres

Il est clair que notre version du jardinage est basée principalement sur nos ressources. La possibilité de pailler permet de tondre une grande quantité d'herbe tout au long de l'été, car la parcelle est grande et l'herbe pousse rapidement. La tonte commence en avril et se termine en octobre.

Même en période sèche, grâce à l'argile qui retient bien l'humidité, les parterres sont pourvus d'herbe. Grâce à l'argile, les nutriments de l'herbe en décomposition ne sont pas emportés vers les couches inférieures du sol, mais sont conservés dans la couche habitée par les racines.

Le paillage dans notre climat est nécessaire pour garder l'humidité dans le sol car l'été est chaud. Une épaisse couche d'herbe non seulement conserve ce qui est là, mais favorise également la condensation de l'humidité lors des variations de température jour-nuit. Dans nos piémonts, ces différences sont de 15 à 17 degrés en été. Les vents forts n'existent pas, donc l'herbe ne sèche que par le haut et reste humide par le bas.

L'herbe fraîche est transformée par des micro-organismes, heureux d'une telle abondance de nourriture, qui enrichissent le sol à la fois en nutriments accessibles pour les plantes et en gaz carbonique nécessaire. Les micro-organismes eux-mêmes, ainsi que les débris végétaux non consommés, constituent une excellente nourriture pour les vers de terre, qui sont des créatures très utiles sur le site. Les vers sont bons et abondants.

Lisez aussi notre article Comment j'ai fait des lits étroits et me suis facilité la vie.

La poussière et les déchets de bois contribuent à rendre notre sol argileux plus structuré et fonctionnent comme un engrais "longue durée". Le chêne et le charme sont couramment utilisés comme combustible ici, la sciure est donc appropriée. Le bois de chauffage est récolté au printemps, la sciure est stockée pendant une saison, nous la saupoudrons périodiquement d'urée, et au printemps elle va dans les lits.

Les lits élevés au-dessus du niveau du sol permettent d'avoir un sol argileux généralement dense pour éviter la stagnation de l'excès d'humidité dans la couche racinaire après les pluies. Cependant, la pratique a montré que les lits dont les bordures sont supérieures à 15 cm sont inconfortables - ils se dessèchent très rapidement, et les plantes dans les lits de 15 cm atteignent rapidement la couche d'argile par leurs racines et y puisent également de l'eau. Un autre point important : les bordures rendaient très difficile pour le chiot de grimper sur les lits et il était habitué à courir partout. Il a grandi (beaucoup) et maintenant il peut sauter par-dessus les frontières tant qu'il n'y a pas de végétation haute. Le chat, par contre, ne se soucie pas des bordures, il doit jeter des branches dessus.

Les cendres, en dehors de l'herbe fraîche, sont le principal engrais, elles sont toujours abondantes aussi. Le sol légèrement acide permet d'utiliser la cendre sans crainte.

Le magasin local nous fournit des boîtes en carton. Dans certains cas, nous avons utilisé de vieux vêtements en coton comme substrat de décomposition ; ils retiennent bien l'humidité et les plantes y font toujours des racines. En deux ans environ, il ne reste plus rien du tissu.

En général, la création de lits est une activité créative et permet d'éliminer presque tous les éléments organiques.

.

Laissez une réponse

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *