9 Règles D'entretien De La Pervenche Pour Assurer Sa Santé

Les miettes de percomia sont adorables, mais leur beauté, leur textilité et la coloration unique des petites feuilles ridées ont un prix. Cette plante n'est pas aussi exigeante en termes de conditions, mais elle est sensible aux manques de soins. Des soins délicats et une attention constante permettront non seulement de maintenir les petits arbustes en vie pendant quelques mois après l'achat, mais aussi d'obtenir une bonne croissance et de la luxuriance. L'arrosage n'est pas la seule chose à retenir. Il y a pas mal de règles dans la culture des peperomias, dont la violation entraînera la perte de l'ornementalité de votre bébé d'intérieur préféré.

9 règles d'entretien de la pervenche pour assurer sa santé
9 règles d'entretien du peperomia pour assurer sa santé. © Jason Tran

La pyromycine est célèbre à la fois pour les motifs et la texture de ses feuilles. La fashionista toujours verte et toujours compacte offre un choix entre des centaines de variations de verdure. Les feuilles lancéolées, rondes, ovales, en forme de cœur du peperomia surprennent par leur texture charnue, leur pubescence ou leur brillance et leurs teintes inhabituelles.

Roulés ou lisses, rugueux ou veloutés, les peperomias offrent toutes les variations possibles d'effets métalliques - or, argent, cuivre, nuances farfelues d'émeraude, de bleu, de rose, de rouge, de violet, de magenta, de brun, d'olive et de brouillard.

Des inflorescences asymétriques originales et saillantes rendent la plante encore plus insolite. Le Peperomia peut compléter les textiles de l'intérieur, souligner le jeu des textures dans une pièce ou agir comme un accent luxueux.
Les conditions de plantation sont assez faciles : substrat universel meuble, bon drainage, endroit lumineux avec protection du soleil direct pour les variétés peu communes ou pénombre pour les vertes, pièce pas très chaude mais tiède (tolérance minimale 16 degrés) - c'est tout ce dont le pereromyia a besoin. L'entretien du buisson dépend de la responsabilité du propriétaire ; ce n'est vraiment pas une plante pour tout le monde. Si aucun soin régulier ne peut être apporté, il vaut mieux admirer les poivrières comme des invités.

Regardons de plus près les règles simples mais très importantes pour prendre soin des poivrières, qui garantissent la santé de cette plante.

1. Une augmentation de l'humidité n'est pas nécessaire

La pyéromie est souvent considérée comme une plante qui ne peut pas se développer normalement dans les environnements normaux des bureaux et des salons, oubliant ses feuilles charnues et son dégoût de l'humidité. Non seulement la plante n'est pas nécessaire, mais elle est dangereuse dans les conditions tropicales de la "serre". Idéalement 55-60% d'humidité lui suffit. La majorité des variétés surprennent par une bonne adaptabilité aux conditions ordinaires.

Les variétés à feuilles lisses peuvent être pulvérisées pendant l'été si elles le souhaitent (au moins 2 fois par semaine), les variétés pubescentes ne peuvent catégoriquement pas être mouillées, mais il n'est pas nécessaire d'installer un humidificateur.

Lisez aussi notre article Tout sur les Pepperomyces

2. Pas d'arrosage excessif lorsque l'arrosage de

Peperomia est un défi. Vous devez trouver le juste milieu entre éviter que le sol ne s'assèche complètement et risquer le moindre excès d'arrosage. En général, vous laisserez la terre s'assécher jusqu'à environ la moitié du pot, dans la couche supérieure et partiellement centrale. Il est préférable d'arroser les plantes fréquemment mais avec modération, en maintenant une légère humidité constante et en arrosant immédiatement. En hiver, c'est beaucoup plus facile : n'arrosez les poivrières qu'une fois le sol asséché.

Surcharge, eau stagnante, les poivrières sont généralement signalées par l'apparition de bulles sur les feuilles. Si vous remarquez ce changement étrange, l'arrosage doit être corrigé immédiatement. Mais il est préférable de ne pas donner les signaux au Peromia lui-même et de contrôler régulièrement le substrat.

9 règles d'entretien de la pervenche pour assurer sa santé
Pour les variétés de Peromia à feuilles lisses, vous pouvez, si vous le souhaitez, pulvériser en été

3. Pas de fertilisation excessive

Seul un engrais spécial riche en azote pour plantes à feuillage ornemental convient au Peromia. Lors du choix d'un engrais, il vaut la peine de s'assurer qu'il contient non seulement des macro- mais aussi des micro-éléments, sans lesquels les motifs ne se révèleront pas pleinement.

Le poméromia n'aime pas les fertilisations excessives, il a des racines délicates qui se brûlent si l'engrais est trop intensif ou si l'on utilise des bâtons et des granulés d'engrais à action prolongée. Aux doses standard d'engrais, il faut préférer une quantité réduite. Le plus sûr est de diviser la quantité indiquée par le fabricant en plusieurs mini-doses et de fertiliser plus fréquemment qu'une fois toutes les deux semaines. Par exemple, ajoutez l'engrais en micro doses à chaque arrosage.

4. Seulement l'eau douce et chaude

Les pyéromones sont très sensibles à la teneur en sel de l'eau. Même l'eau stagnante normale peut ne pas être à leur goût. L'eau de pluie, l'eau dégelée, l'eau filtrée et, à la rigueur, l'eau bouillie sont les meilleurs choix pour cette plante.

Cette plante ne doit même pas être arrosée avec de l'eau à température ambiante. Le périmidium craint tellement la surfusion que l'eau doit toujours être de 2 à 4 degrés plus chaude pour minimiser les risques.

5. Pour l'hiver, l'endroit le plus lumineux

Peperomia nécessite le même régime d'entretien tout au long de l'année. C'est au propriétaire de veiller à ce qu'il ne se fane pas, ne devienne pas trop petit et ne s'étire pas en automne au lieu de sa splendeur habituelle. Dès que la lumière du jour baisse, même les plantes habituées à une lumière douce et à la pénombre doivent être progressivement rapprochées des fenêtres. Vous voulez les placer à l'endroit le plus lumineux de la maison en hiver. Si possible, vous pouvez compenser le manque de lumière en plaçant un éclairage supplémentaire d'octobre vers l'hiver, afin d'obtenir les 12 heures de lumière du jour habituelles. © Ben Kreeger

6. La propreté avant tout

La saleté sur les feuilles du peperomia n'est pas facile à voir, mais cela ne veut pas dire qu'elle est acceptable. La poussière est le meilleur auxiliaire des nuisibles. Si le peperomia n'est pas maintenu propre, la plante perd rapidement son aspect frais et se dessèche sans raison particulière. Les feuilles lisses sont faciles à essuyer, les variétés froissées devront être brossées ou soufflées doucement avec une brosse à poussière.

La couche supérieure du substrat doit également être maintenue propre. L'accumulation naturelle de "débris" végétaux est inévitable au fil du temps et, en cas de mauvais arrosage, des traces de dépôts de sel, de moisissures et de mousses peuvent apparaître à la surface du sol. La contamination de la couche arable interfère non seulement avec l'échange d'air mais augmente également le risque d'infestation et de pourriture des feuilles. La terre végétale doit être remplacée par de la terre fraîche tous les six mois. Si un paillis décoratif est utilisé, il doit être renouvelé au fur et à mesure que des dépôts apparaissent.

L'hygiène des conteneurs de peromia est également importante. Le plateau doit toujours être propre, sans trace de calcaire ou de saleté. Ces micro-polluants peuvent être une source d'infection

7. Ne vous précipitez pas pour le rempotage

Les pyéromones détestent tellement être dérangées qu'il est préférable de ne changer de contenant que lorsque le buisson est très grand et que les racines ont maîtrisé tout l'espace du précédent. En général, on transplante le peperomia une fois tous les 2 ans.

Pas pressé par le repiquage lui-même, mais aussi par son moment : si la plupart des plantes d'intérieur sont repiquées en février-mars, le peperomia a besoin d'un début de croissance. Certains producteurs préfèrent généralement repiquer en été ou en automne en avril ou mai.

Il faut laisser la plante s'adapter dans un endroit frais et légèrement ombragé avec un arrosage très prudent et économe. Ce n'est qu'une fois que les périomyces ont commencé à se développer qu'ils peuvent être remis dans leurs soins et conditions habituelles. L'alimentation ne doit pas être reprise avant 6 semaines après le repiquage.

Lisez également notre article Poivrière - la mie à feuilles rondes et à multiples facettes.

8. Pepperomia a besoin d'être protégé des courants d'air

Cette plante à la texture minuscule aime la paix et la stabilité des conditions. Même si l'endroit où se trouve le peperomia semble loin d'être entamé, le peperomia peut souffrir et dépérir. Parfois, les moindres courants d'air, le réarrangement, le fonctionnement du climatiseur, la proximité des passages (positionnement sur le bord d'un plateau de table ou d'une étagère, devant lesquels on passe constamment) entraînent également des réactions étranges.

La plante doit être protégée des conditions fluctuantes, installée dans un endroit "calme", protégé, de manière à ce que l'air puisse circuler librement autour de l'arbuste de tous les côtés, mais sans stress ni contacts inutiles. Les courants d'air se manifestent toujours par la chute des feuilles.

Il est également important de contrôler la température de la motte. Les pepperomias meurent souvent au contact d'un rebord de fenêtre ou d'un plateau de table froid, d'un mur ou d'une vitre. S'il y a un risque de surrefroidissement, même léger, par le bas, il est utile d'utiliser un support et la plante doit être éloignée d'au moins 30 cm des murs froids.

9 règles d'entretien de la pervenche pour assurer sa santé
La poméromie aime la paix et la stabilité des conditions

Signes d'infestation de parasites et de maladies :

  • l'apparition de feuilles déformées avec des renflements en surface indique la gale;
  • des feuilles froissées, tombantes - pour l'oïdium;
  • des taches sombres couvrant progressivement une plus grande surface et conduisant à la pourriture des feuilles&nbsp ; - à la pourriture;
  • coarsening, drying of leaves - à l'infestation de tétranyques, qui ne sont pas faciles à repérer à l'œil nu sur le peperomia.

Corriger un peperomia malade ne suffit pas : la plante a besoin d'un traitement insecticide (et fongicide pour les infestations de pourriture et de tavelure).

.

Laissez une réponse

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *